Today

Pointe St-Charles Today

Ces dernières années, il est devenu de plus en plus cher et difficile de se loger à la Pointe pour les foyers les plus modestes du quartier.  Les projets de construction et de rénovation se multiplient, mais il s’agit surtout de condos inaccessibles au budget des habitants de la Pointe, reflétant un phénomène de gentrification qui se développe depuis la fermeture du Canal de Lachine.

Au début des années 2000, la ville de Montréal et le gouvernement du Québec annoncent leur volonté de revitaliser le quartier, ce qui attire immédiatement les investisseurs qui achètent les espaces vacants, détruisent des usines ou les transforment en loft, comme les usines Redpath ou Corticelli. De 2000 à 2010, sur un total de 695 logements construits, 94% étaient des condos, contre 5% seulement de logements locatifs. Le RIL et l’Action-Gardien estiment que les promoteurs ne s’intéressent qu’aux profits immédiats, délaissant le marché locatif qui permet pourtant aux habitants historiques du quartier de se loger. Ce phénomène n’est pas près de s’inverser, puisque d’ici 2015, il est prévu de construire 2300 condos supplémentaires. Le nombre de logements augmente, mais cela ne profite pas aux familles les plus modestes, car ils sont trop chers et trop petits pour les familles. Le RIL estime que 65% des ménages et plus de 80% des ménages locataires sont exclus du marché des condos. A cause de cela, de plus en plus de familles sont obligées de quitter le quartier : en 2006, la Pointe St-Charles comptait 2045 familles avec enfant, tandis qu’en 2011, elles étaient 245 de moins.

Le marché locatif, pourtant relativement accessible en 2000, a vu le prix des loyers s’envoler en une décennie. Entre 2002 et 2011, le loyer moyen d’un logement de deux chambres à coucher a augmenté de 61%. Le RIL et Action-Gardien se sont battus depuis plusieurs années pour maintenant un minimum de 40% de logements sociaux, mais alors que ce taux était atteint en 1996, il est prévu qu’en 2015, cette part passe à 27%.

Le RIL et Action-Gardien souhaitent « favoriser un développement respectueux du quartier et de sa population », permettant de maintenir dans le quartier les populations déjà en place, tout en accueillant de nouveaux ménages à petit et moyens revenus, et en préservant l’identité populaire du quartier en luttant contre le phénomène de gentrification. Pour cela, le RIL et Action-Gardien appellent les gouvernement fédéral et provincial à s’engager, et réclament la construction de nouveaux logements à Montréal, la mise en place de réserves foncières de terrains et de bâtiments afin d’empêcher la spéculation, de programmes de rénovation et d’entretien des coopératives et HLM existants, ainsi que le maintien des subventions aux loyer pour les ménages sous le seuil de pauvreté.

Après des années de luttes depuis les années 1960, le RIL et l’Action-Gardien n’ont donc pas fini de se battre en faveur des logements sociaux et de lutter contre la construction de logements privés, afin de préserver leur quartier et d’empêcher la venue de promoteurs qui entraîne une augmentation des prix intenables pour les familles les plus modestes.

#InfoBrochure

Source: RIL Headquarters in Montreal

Source: RIL Headquarters in Montreal

Advertisements